Vivre sans problèmes, résoudre les conflits

  • Qui n’a pas dit un jour : « j’en ai marre il n’y a qu’à moi que cela arrive. Il y a toujours des problèmes à résoudre, des difficultés. J’aimerais tellement que tout soit plus simple, plus fluide, vivre sans problèmes… »
 

Les problèmes… on pourrait les qualifier de situations négatives, mais en fait ce sont de vrais petits bijoux – concentrés précieux d’apprentissage qui nous font grandir !

 
  • Les problèmes ne sont pas là pour nous rendre la vie infernale, mais pour nous pousser à aller plus loin, à étudier, à utiliser nos capacités, à vivre une vie plus consciente, plus ouverte, et à développer la compassion, l’amour et la tolérance.
 

Un problème amène un questionnement interne. Il nous perturbe dans notre quotidien, nos croyances, ou nos idées arrêtées. Il nous fait nous remettre en question. Parce-que justement tout ne coule pas.  Et c’est un cadeau !  arriver à énoncer un problème, à l’exprimer, c’est déjà avoir la solution.

 
  • Quelques outils qui me semblent judicieux pour avancer : l’écriture, le mental, la parole...
 
  • - d’abord il y a analyse immédiate de la difficulté, généralement par le mental. C’est notre premier outil. Le plus naturel. Chacun réagit différemment en fonction de son histoire et de son caractère : avec émotion, peur, stratégie, agressivité, compassion, questionnement…
 
  •  - puis il y a l’écriture : en s’offrant un peu de temps pour comprendre un problème, elle est une aide précieuse dans ce domaine. Il faut avoir la volonté de comprendre, de faire face, de se plonger au cœur de quelque chose qui n’est pas forcement agréable. Il y a des périodes avec et d’autres sans. Il y a des moments où l’écriture est fluide et évidente,  comme un flot qui coule et d’autres où la patience de se poser en silence n’est pas là.
 
  • - en l’absence de patience  ou de temps, dans l'urgence aussi, il y a la parole, la discussion (ou le monologue sonore, parfois !) qui permet d’avancer dans notre raisonnement.  (Merci aux oreilles attentives et compatissantes qui veulent bien se prêter à l’exercice !)
 

Pour moi, il est important de comprendre, de digérer, d'analyser, de creuser : mon fonctionnement, mes rigidités, mes conflits internes, les tenants et les aboutissants de la situation, les personnes impliquées et leur fonctionnement.

 
  • Ensuite, j’ai appris à me poser plusieurs questions essentielles :

1/ Qu’est ce que cette situation, ce conflit, cet événement, touche en moi ? Qu’est ce qui est dérangé, remis en question, perturbé?

  • >J’observe la part de moi qui est touchée, et qui a réagit fortement, pour se protéger peut être, et j’accepte que cela ait blessé quelque chose en moi, mon enfant intérieur,  mon égo, mon orgueil peut être. Je le reconnais et je l’accueille.
 

2/ Quelle est ma part de responsabilité dans la gestion de ce problème ?

  • > Je me recentre et j’accepte d’être moi aussi responsable. Je ne rejette pas le problème sur l’autre, ou ne cherche pas une cause extérieure. Je reviens à moi. Je me recentre. Je reconnais être responsable de ma réaction, de la gestion du problème, de ce qui a mené, peut être à cette situation problématique / conflictuelle.
 

3/ Une fois que j’ai mis le doigt sur la part de responsabilité qui me revient, que j’ai compris pourquoi j’ai réagi de cette manière ou pourquoi cette situation est un problème pour moi, je me pose la question : Est-ce que cette situation est tolérable & acceptable ?

  • >Est-ce que  je peux adopter (peut être pendant un temps donné) cette façon de vivre, de penser,  m’assouplir dans mon attitude vis-à-vis d’une personne ? ou au contraire est ce que j’estime que c’est intolérable, que cela ne me convient pas, va à l’encontre de ce que je suis ?

Alors en conscience, je m’adapte, je m’excuse, j’écoute, j’exprime mes besoins, je pose mes limites.

 
  • Poser mes idées sur le papier m’aide à avancer, et me porte généralement à une conclusion équilibrée (pour moi)  de l’attitude à adopter sur le sujet. (toujours par rapport à un cadre donné et une situation présente). C'est une façon de faire,la mienne,  alors pourquoi pas?
 
  • je crois qu'il faudra que je revienne sur les notions de tolérances et d’acceptation, mais ce sera le sujet d’un prochain article !

 En attendant, essayez de porter votre attention sur les problèmes qui se présentent à vous, remerciez  leur existence, ils sont un cadeau !

CATÉGORIES
Restons connectés